ZOOM sur …..L’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale)

Créé en 1964, l’Inserm est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche. Dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine, il se positionne sur l’ensemble du parcours allant du laboratoire de recherche au lit du patient. Sur la scène internationale, il est le partenaire des plus grandes institutions engagées dans les défis et progrès scientifiques de ces domaines.

Missions

L’Inserm réunit 15 000 chercheurs, ingénieurs, techniciens et personnels administratifs, avec un objectif commun : améliorer la santé de tous par le progrès des connaissances sur le vivant et sur les maladies, l’innovation dans les traitements et la recherche en santé publique.

+ Améliorer la santé humaine

Depuis sa création, l’Inserm a été l’acteur d’avancées médicales majeures : premiers tests de diagnostic prénatal, décryptage des mécanismes du système HLAHLA Les protéines HLA, situées à la surface des cellules, permettent au système immunitaire de distinguer les cellules de l’organisme des cellules étrangères., première fécondation in vitro, identification du virus du sida, radiothérapie contre le cancer, première greffe de peau, stimulation cérébrale profondestimulation cérébrale profondeConsiste à délivrer un courant électrique de faible intensité dans certaines structures spécifiques du cerveau, grâce à des électrodes directement implantées., thérapie génique…

Cette mission s’appuie sur le travail de 9 instituts thématiques, dont le rôle est de réaliser l’état des lieux de la recherche dans leur domaine et d’animer cette recherche. Par ailleurs, les recherches sur le sida et les hépatites B et C sont conduites et financées par l’ANRS, agence autonome de l’Inserm.

L’Institut se distingue par l’excellence scientifique de ses équipes, mais également par sa capacité à assurer une recherche translationnelle assure le continuum entre la recherche fondamentale et la recherche clinique, en accélérant l’application des résultats de recherche afin que les patients puissent bénéficier rapidement des innovations médicales., du laboratoire de recherche au lit du patient.

Aujourd’hui, l’Inserm est au 1er rang européen des institutions académiques de recherche dans le domaine biomédical, avec près de 12 000 publications par an, et au 2e rang mondial derrière les National Institutes of Health (NIH) intra-muros. L’Inserm est en outre le 9e organisme public de recherche les plus innovants au monde, selon le classement Thomson-Reuters 2016.

+ Jouer un rôle majeur dans la coordination de la recherche en santé

Depuis toujours, l’Inserm travaille en étroit partenariat avec l’Hôpital, l’Université et d’autres établissements publics. La plupart de ses structures de recherche sont mixtes, implantées au plus près des lieux de soin et d’enseignement. Ces partenariats sont un gage de succès, par la mutualisation des compétences, l’attractivité pour les talents et la proximité avec les patients.

L’Inserm est l’un des membres fondateurs d’Aviesan, l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé, dont il assure la présidence. Coordination scientifique des thématiques de recherche, coordination opérationnelle des projets et des ressources : Aviesan favorise une meilleure réactivité et efficacité de la recherche française.

+ Agir pour et avec la société

Pionnier de l’éthique

Les découvertes en santé et leurs applications suscitent de nombreuses questions relatives au respect du vivant et à l’éthique. L’Inserm a conduit à la création du Comité consultatif national d’éthique en 1983. Le Comité d’éthique de l’Inserm est quant à lui un acteur à part entière du dialogue entre la communauté scientifique et la société. Il apporte son soutien aux personnels de l’Institut, pour identifier et intégrer les questions d’éthique dès la conception de leurs projets.

Expert en santé

Face à l’évolution rapide des enjeux de santé publique, l’Inserm développe et produit depuis 1993 ses Expertises collectives. Impulsés sur saisine des pouvoirs publics ou auto-saisine, ces travaux offrent aux autorités publiques et aux élus une aide à la décision précieuse sur des problématiques sensibles : amiante, plomb, rythmes biologiques de l’enfant, handicaps…

Avec et pour les malades

Créés en 2004, le Groupe de réflexion avec les associations de malades (Gram) et la mission Associations recherche & société coordonnent les programmes d’action entre l’Inserm et plus de 500 associations de malades, personnes handicapées et leur famille. Ce sont des lieux de dialogue, de réflexion et de proposition. Très actives, les associations jouent un rôle décisif dans la démocratie sanitaire et scientifique. Elles participent à l’organisation, voire au financement de la recherche.

Pour en savoir plus sur l’Inserm et les associations de malades

+ La diffusion des savoirs

L’Inserm contribue à promouvoir les travaux et les résultats de ses chercheurs. Au niveau national ou local, il s’investit dans la culture scientifique et la diffusion des connaissances. Journées portes ouvertes dans les laboratoires, conférences, créations théâtrales et expositions : tout au long de l’année, l’Institut et ses chercheurs viennent à la rencontre des citoyens. Un musée virtuel, des ouvrages de vulgarisation, productions audiovisuelles ou encore le magazine d’actualités scientifiques Science&Santé sont autant d’outils qui assurent la diffusion d’une information de qualité vers tous les publics.

Implantation des structures de recherche

Pour mener sa politique de recherche avec la plus grande efficacité, l’Inserm dispose de plus de 350 structures de recherche réparties sur l’ensemble du territoire français et à l’étranger. La majorité d’entre elles sont des unités mixtes de recherche. Certaines de ces structures sont plus particulièrement dédiées à la recherche translationnellerecherche translationnelleAssure le continuum entre la recherche fondamentale et la recherche clinique, en accélérant l’application des résultats de recherche afin que les patients puissent bénéficier rapidement des innovations médicales. et clinique (CIC). D’autres encore offrent des services et des ressources technologiques de haut niveau à la communauté scientifique (unités de services ou US). Pour l’implantation de l’Institut en France métropolitaine uniquement, voir la carte centrée sur la métropole.

+ Infrastructures de recherche

Indispensables à une recherche de haut niveau et compétitive, les infrastructures de recherche correspondent à des équipements, des ressources et des services utilisés par les scientifiques pour mener leurs recherches et favoriser l’innovation dans leurs domaines. Elles contribuent en outre aux développements de méthodes et à leurs évolutions. L’Inserm coordonne de nombreuses infrastructures, hébergées par ses laboratoires ou regroupées au sein d’unités mixtes de services labellisées. L’Institut est en outre coordinateur de quatre infrastructures nationales.

Le rôle des infrastructures dans la recherche en sciences de la vie et de la santé est devenu fondamental : l’époque où un équipement assez rudimentaire sur la paillasse permettait des percées décisives tend à s’achever. Les sciences de la vie et de la santé progressent désormais largement grâce à des outils et des démarches plus complexes : l’analyse structurale, les -omiques, l’imagerie cellulaire et l’imagerie du vivant, le génie moléculaire, la bioinformatique et la modélisation in silico, la gestion et l’intégration des données massives… Les infrastructures sont au cœur de cette dynamique.

Indissociables d’une recherche de haut niveau et compétitive, la qualité de ces infrastructures constitue un élément fondamental d’attractivité pour les équipes de recherche tant académiques qu’industrielles.

+ Les infrastructures de recherche de l’Inserm

Les infrastructures de l’Inserm couvrent 23 champs d’activité indispensables à la conduite des travaux menés de ses chercheurs. Ces infrastructures de recherche sont hébergées et gérées par les laboratoires, ou regroupées au sein d’unités mixtes de services (US). L’Inserm compte actuellement 34 unités mixtes de services labellisées, mutualisant des offres de services dont l’objet peut être scientifique, technologique ou de gestion.

Les infrastructures de recherche sont organisées en plateformes. Chaque plateforme correspond à un regroupement (sur un ou plusieurs sites) de moyens techniques et humains destinés à offrir des services et des ressources technologiques de haut niveau à la communauté scientifique. Les personnels de la plateforme et d’une unité de recherche peuvent conjointement élaborer des programmes scientifiques.

Champs d’activité des plateformes Inserm

  • Animalerie, exploration fonctionnelle, phénotypage
  • Bioinformatique et bioanalyse
  • Biologie cellulaire, moléculaire, génétique, protéines recombinantes
  • Biologie structurale, biophysique
  • Cohortes, bases de données, bioéthique
  • Criblage, chimiothèque
  • Cyclotron
  • Génomique, transcriptomique
  • Hadronthérapie
  • Histopathologie-histomorphologie
  • Imagerie Cellulaire, cytométrie
  • Imagerie du vivant
  • Informatique
  • Laboratoire L3
  • Laboratoire P4
  • Médecine régénératrice
  • Médicaments
  • Métabolomique
  • Nanotechnologie
  • Nouvelles thérapies, vectorisation, cellules souches
  • Protéomique et spectrométrie de masse
  • Radiobiologie
  • Recherche translationnelle/clinique, biobanques
  • Virologie

+ L’Inserm et les infrastructures nationales

Les Infrastructures nationales en biologie/santé, ayant reçu ce label dans le cadre des programmes Investissements d’avenir, mettent un service à haute valeur ajoutée à disposition de l’ensemble de la communauté académique, mais également aux partenaires privés. Ces projets assurent un développement technologique du plus haut niveau, permettant d’accompagner efficacement les avancées de la recherche biomédicale

L’Inserm coordonne 4 infrastructures nationales, : F-Crin, Biobanques, Ingestem et Hidden. L’Institut participe aussi, à 14 autres infrastructures nationales.

Pour en savoir plus sur l’Inserm et le programme d’Investissements d’avenir

Le pôle Infrastructures de l’Inserm

Le pôle Infrastructures de l’Inserm a été créé en 2016 au sein de l’institut thématique Technologies pour la santé. Son objectif : coordonner, renforcer et valoriser les plateformes technologiques et unités de service de l’Institut, indispensables pour les progrès de la recherche biomédicale. Pour en savoir plus sur le pôle Infrastructures

Programmes de recherche

Au travers de ses programmes de recherche, l’Inserm vise à faciliter et accélérer les découvertes et leur transformation en progrès concrets pour les patients et la société. L’Institut développe en ce sens un environnement de recherche propice aux interactions entre recherche fondamentale, translationnelle et clinique, avec une place centrale pour la recherche fondamentale. L’Inserm participe en outre au pilotage et à la mise en œuvre des plans nationaux « santé ».

+ Les accélérateurs de recherche technologique (ART)

L’Inserm développe depuis 2015 des programmes visant à accélérer la recherche technologique et la mise à disposition des technologies les plus innovantes auprès de ses équipes de recherche.

La recherche scientifique dépend de plus en plus de l’accès aux technologies de pointe. Pour se donner une capacité d’innovation, de développement technologique, et de diffusion des technologies vers ses laboratoires, l’Inserm se dote d’accélérateurs de recherche technologique (ART).

Ces structures visent non seulement au développement de technologies innovantes, mais également à leur mise à disposition auprès des équipes de recherche qui pourront en tirer les bénéfices. Ce volet passe notamment par la formation des personnels de recherche à l’utilisation des innovations technologiques.

ART Ultrasons biomédicaux

Ce premier ART, inauguré en 2016, est dédié à la recherche et l’utilisation des ultrasons pour la médecine, notamment dans le domaine du diagnostic et traitement des cancers, des maladies cardiovasculaires et neurologiques.

Cette nouvelle structure thématique regroupe au sein d’une même unité des compétences multiples pour développer des technologies innovantes et pour les mettre à disposition d’autres laboratoires de l’Inserm.

L’ART Ultrasons biomédicaux est implanté au sein de l’Institut de la Vision à Paris. Intégré à l’Institut Langevin, il est développé en partenariat avec le CNRS et l’ESPCI Paris, vivier de futurs ingénieurs et chercheurs de premier plan.

+ REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases)

L’Inserm et ses partenaires d’Aviesan ont mis en place REACTing, un consortium multidisciplinaire rassemblant des équipes et laboratoires d’excellence, afin de préparer et coordonner la recherche pour faire face aux crises sanitaires liées aux maladies infectieuses émergentes.

Grippe H5N1 et H1N1, SRAS, Mers-Co, Chikungunya, Ebola et Zika : nos sociétés sont régulièrement confrontées à des crises sanitaires, locales ou mondiales, liées à une émergence infectieuse d’origine virale ou bactérienne. Pour être en mesure de mieux gérer ces crises, l’Inserm et ses partenaires d’Aviesan ont mis en place REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases).

Ce consortium multidisciplinaire rassemble les groupes de recherche français d’excellence. Il ne cible aucune maladie en particulier et peut intervenir sur toutes les émergences infectieuses, notamment zoonotiques. Son domaine d’action est large, allant de la recherche fondamentale aux sciences humaines et sociales, tout en privilégiant une approche transversale. Le consortium est piloté par l’Institut thématique Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie.

Les engagements de l’Inserm en faveur de REACTing sont les suivants :

  • améliorer la préparation de la recherche en période d’intercrise : gouvernance, préparation des outils de recherche, identification des priorités de recherche, recherche de financements, et notamment la préparation des aspects éthiques et juridiques ; ces deux derniers aspects sont indispensables à l’anticipation des projets de recherche à construire dans l’urgence ;
  • financer et mettre en place des projets de recherche en période de crise épidémique : coordination, priorités stratégiques, aide méthodologique, information des autorités et du grand public.

+ Les programmes scientifiques transversaux de l’Inserm

En adéquation avec ses missions – accélérer le progrès des connaissances, soutenir une recherche intégrée et pluridisciplinaire, assurer un continuum entre la recherche fondamentale et clinique – l’Inserm développe depuis 2016 des programmes scientifiques transversaux portant sur des thèmes de recherche prioritaires.

Les programmes scientifiques transversaux de l’Inserm ont pour objectifs de :

  • structurer des communautés scientifiques dans des domaines spécifiques et prioritaires en faisant émerger des consortia nationaux interdisciplinaires qui s’appuieront sur les compétences et expertises des équipes Inserm ;
  • faire de la recherche biomédicale française un acteur de premier plan dans ces domaines en accélérant l’acquisition des connaissances, leur transfert et leur valorisation, ceci en intégrant potentiellement des industriels dès la conception des programmes.

Fédérateurs, les programmes scientifiques transversaux de l’Inserm ont pour but de créer une nouvelle dynamique dans des champs innovants en développant une complémentarité de savoir-faire pour explorer des niches de recherche peu encore étudiées. Sont uniquement financés des projets collaboratifs qui se déclinent en un ensemble d’actions (i.e. plusieurs axes de travail dont la mise en œuvre reposera sur un consortium d’équipes). Ces programmes sont ouverts à des partenariats académiques et industriels (partenariat sur l’ensemble du programme, ou uniquement sur un ou plusieurs axes de travail du programme).

Pour en savoir plus sur les programmes transversaux, télécharger les appels à projets :

+ Plans nationaux thématiques

Des actions spécifiques sont développées et/ou mis en œuvre par l’Inserm pour répondre aux attentes des plans nationaux.

Cancer

Le Plan Cancer 2014-2019 a pour aspiration première de répondre aux besoins et aux attentes des personnes malades, de leurs proches et de l’ensemble des citoyens. Il s’agit de guérir, mais aussi d’accompagner la personne et ses proches, par la recherche et la prévention. L’Inserm en est non seulement opérateur et financeur des actions consacrées à la recherche au côté de l’Institut national du cancer, mais aussi l’acteur essentiel via ses équipes de recherche.

Médecine génomique

Le Plan France Médecine GénomiqueGénomiqueÉtude conduite à l’échelle du génome, portant sur le fonctionnement de l’organisme, d’un organe, d’une pathologie… 2025, élaboré par l’Inserm et ses partenaires d’Aviesan, vise à développer l’utilisation du séquençage du génome entier dans la pratique clinique. D’ici 2025, 60 000 génomes seront décodés chaque année, pour une médecine personnalisée renforcée.

Télécharger le Plan France Médecine génomique 2025

A lire aussi : Sommet franco-britannique. Royaume Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord. La médecine génomique au cœur de l’accord porté par Aviesan (commmuniqué de presse du 19 janvier 2018)

Antibiorésistance

Le Programme interministériel de maîtrise de l’antibiorésistance vise à diminuer la consommation d’antibiotiques de 25% d’ici 2018 et à réduire les conséquences sanitaires et environnementales de l’antibiorésistance. L’Inserm est impliqué dans le pilotage opérationnel d’actions de mesures relatives à la recherche et innovation en matière de maîtrise de l’antibiorésistance et à la mesure et la surveillance de l’antibiorésistance.

Maladies neurodégénératives

Le Plan Maladies neurodégénératives (PMND) : l’Inserm s’est vu confier la présidence de son comité de pilotage recherche et l’ITMO Neurosciences assure la coordination du volet recherche du plan.

Maladies rares

L’Inserm a participé au second Plan national Maladies rares, notamment via les activités de ses infrastructures Orphanet et BIOBANQUES.

Mise en place d’un plan de recherche en santé publique

Parmi les objectifs inscrits à son plan stratégique 2020, l’Inserm vise à renforcer ses outils de pilotage stratégique dans le domaine de la santé publique, domaine visant à comprendre comment la santé, le bien-être et l’efficience du système de santé peuvent être améliorés. Ce programme s’appuie sur quatre axes cohérents à soutenir en priorité, afin de renforcer la visibilité internationale et la réactivité de la recherche française en santé publique :

  • déterminants de santé, prévention et recherche interventionnelle
  • interactions santé, travail, environnement
  • innovations et organisation des services de santé et politiques publiques
  • concepts et méthodes dans; champs émergents ou innovants

Information en santé

Dossiers d’information, rapports thématiques, expertises collectives, magazines, captations vidéo de séminaire… L’Inserm met de très nombreux contenus d’information sur la santé et la recherche biomédicale à la disposition de tous. Il y en a pour tous les niveaux et tous les goûts !
Pour faire le point sur les connaissances relatives à une thématique et pour en savoir plus sur les recherches en cours s’y rapportant, explorez cette rubrique …

+ Dossiers d’information

Destinés à un large public, ces dossiers visent à faire le point sur une thématique de santé ou en lien avec la recherche biomédicale. Chaque dossier présente les connaissances actuelles et les recherches en cours, en particulier celles conduites à l’Inserm. Des liens vers de nombreuses ressources externes sont également proposés.

Ces dossiers sont réalisés avec la collaboration de chercheurs de l’Inserm, experts des thèmes abordés.

+ Magazine Science&Santé

Le magazine d’information de l’Inserm, scientifique mais accessible au plus grand nombre, pour illustrer découvertes, débats et questions d’une recherche biomédicale en constant mouvement. Vous y retrouverez les parcours, les passions, les résultats des chercheurs, ainsi que leur éclairage sur des travaux internationaux. Bonne lecture… 

Pour vous abonner gratuitement, envoyez vos coordonnées postales à abonnement-mag@inserm.fr

Les archives complètes sont disponibles sur iPubli, site de l’Inserm.

+ Magazine médecine/sciences

La revue médecine/sciences (m/s), propriété de l’Inserm, offre à ses lecteurs (chercheurs, hospitalo-universitaires, médecins, enseignants, étudiants) un panorama clair et concis sur les avancées de la recherche biologique, médicale et en santé, nationale et internationale : actualités scientifiques, synthèses rédigées par des spécialistes, histoire des sciences, réflexion/débats sur des questions de société et de santé publique…

Les numéros depuis novembre 2001 sont disponibles sur le site de médecine/sciences et les archives complètes, de 1985 à 2009, sont disponibles sur iPubli, site de l’Inserm.

médecine/sciences est publiée par EDP Sciences, dans le cadre d’un contrat de délégation de service public.

+ Expertises collectives

Développées par l’Inserm depuis 1993, les expertises collectives constituent une démarche d’évaluation et de synthèse des connaissances scientifiques existantes sur des thèmes de santé publique. Ces expertises répondent aux demandes d’institutions souhaitant disposer des données récentes issues de la recherche. L’objectif est le partage de connaissances et l’apport d’un éclairage scientifique indépendant sur des questions précises de santé, dans une perspective d’aide à la décision publique dans le champ de la santé des populations.

Le cadrage scientifique, le support bibliographique, la coordination et la valorisation des expertises collectives est assuré par le Pôle Expertises collectives de l’Inserm, rattaché à l’Institut thématique Santé publique. Pour en savoir plus, télécharger la plaquette de présentation.

Les archives complètes en texte intégral sont disponibles sur iPubli, site de l’Inserm.

+ Rapports thématiques

Rapports et dossiers thématiques produits par l’Inserm ou en collaboration avec un autre organisme.

+ Coéditions

Retrouvez ici une liste d’ouvrages coédités par l’Inserm, en particulier ceux de la collection Choc Santé.

+ Séminaires

Les séminaires de formation Ketty Schwartz sont destinés à renforcer les capacités de dialogue des associations avec les chercheurs. Ils favorisent en outre le transfert de l’information auprès de leurs adhérents.

Les Journées Recherche et santé sont quant à elles conçues pour permettre aux chercheurs biologistes d’acquérir une meilleure connaissance des pathologies et du contexte clinique dans lequel se situe leur recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *