La prévention des troubles anxieux et leurs traitements

D’après le site  » passeportsanté.net », la survenue de troubles anxieux ne s’explique pas vraiment de façon rationnelle. Il est donc difficile de savoir qui risque d’en souffrir.

En revanche, certains événements stressants et traumatisants peuvent favoriser la survenue de troubles anxieux. Il est donc recommandé de ne pas tarder à obtenir de l’aide psychologique après un tel événement, en particulier chez les enfants.

Enfin, de bonnes habitudes de vie restent indispensables pour essayer de limiter l’anxiété :

  • avoir un rythme régulier de sommeil et des nuits suffisamment longues
  • pratiquer une activité physique régulière
  • éviter la consommation d’excitants, de cannabis, d’alcool et d’autres drogues
  • s’entourer et pouvoir être épaulé(e) en cas d’anxiété trop forte.
Les traitements des troubles anxieux (anxiété, angoisse)

Le traitement des troubles anxieux repose sur des interventions médicamenteuses et/ou psychologiques. Dans tous les cas, une prise en charge médicale est nécessaire pour mettre en place une thérapie adéquate, adaptée aux besoins du patient, à ses symptômes et à sa situation familiale et sociale.

Prise en charge psychologique

Une prise en charge psychologique est nécessaire en cas de troubles anxieux.

Elle peut même constituer le seul traitement, ou être associée au traitement pharmacologique, dépendamment de la sévérité des troubles et des attentes de la personne atteinte.

La thérapie cognitive et comportementale est la thérapie qui a été le plus étudiée dans le traitement des troubles anxieux, notamment pour la phobie sociale, le trouble panique et le trouble obsessionnel compulsif. En se concentrant sur les facteurs qui causent et maintiennent l’anxiété et en donnant au patient des outils de contrôle, ce type de thérapie est généralement efficace de façon durable (12 à 25 séances de 45 minutes en général). Selon la HAS, les thérapies cognitives et comportementales structurées sont même aussi efficaces que les traitements médicamenteux.

D’autres types de thérapies, comme la thérapie pleine conscience, ont également montré leur efficacité lors d’études cliniques. Le but est de porter son attention et de se concentrer sur le moment présent, et d’apprendre ainsi à contrôler son anxiété.

La psychothérapie analytique peut être initiée pour comprendre les origines de l’anxiété, mais son efficacité sur les symptômes est moins rapide et moins reconnue.

Prise en charge pharmacologique

Si les symptômes sont trop intenses et que la psychothérapie ne suffit pas à les contrôler (par exemple en cas d’anxiété généralisée), un traitement médicamenteux peut être nécessaire.

Plusieurs médicaments sont reconnus pour leur efficacité contre l’anxiété, en particulier les anxiolytiques (benzodiazépines, buspirone, prégabaline) qui agissent de façon rapide, et certains antidépresseurs qui constituent le traitement de fond, à savoir les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN).

Ces médicaments peuvent entraîner une aggravation de l’anxiété en début de traitement et une surveillance médicale étroite est donc nécessaire.

Du fait du risque de dépendance, les benzodiazépines doivent être prescrites de façon temporaire (idéalement pas plus de 2 à 3 semaines). L’initiation comme l’arrêt du traitement doivent être supervisés par le médecin. Comme la prégabaline n’induit pas de risque de dépendance et que son efficacité est immédiate, elle est parfois préférée aux benzodiazépines.

Les approches complémentaires pour les troubles anxieux

Important. Les troubles anxieux sont des troubles graves de santé mentale, qui peuvent altérer considérablement la qualité de vie. Il est donc important de consulter un médecin ou un service spécialisé pour bénéficier d’une prise en charge globale, qui pourra, si cela est souhaité, intégrer des thérapies naturelles ou complémentaires.

En traitement :

  • Yoga. Plusieurs études montrent que la pratique régulière du yoga permet de réduire l’anxiété6. Il permet également de limiter les symptômes du stress post-traumatique.
  • Techniques de relaxation. L’état de conscience obtenu sous hypnose s’apparente à un état profond de relaxation. Plusieurs études montrent une efficacité de l’hypnose dans la gestion de l’anxiété, en dans la gestion des phobies. D’autres techniques telles que la relaxation ou le biofeedback, peuvent avoir un effet bénéfique et réduire l’anxiété.
  • Phytothérapie. Comme avec le kava qui est une plante originaire des îles du Pacifique. Plusieurs essais cliniques ont montré que l’extrait de kava est plus efficace qu’un placebo pour soulager l’anxiété. Notons toutefois qu’il existe d’autres plantes comme la valériane, le lotus, la passiflore…
  • Acupuncture/ Shiatsu. Plusieurs études ont souligné l’efficacité de l’acupuncture et du shiatsu dans le traitement des troubles anxieux. Bien que leurs effets positifs soient reconnus en Asie, en occident, des études menées sont largement critiquables en raison de leur manque de rigueur méthodologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *