Du coronavirus!! Et après ??

D’après le bulletin Alerte Santé de l’Institut pour la Protection de la Santé au Naturel / Mars 2020

Le développement du virus Covid-19 frappe désormais à travers le monde et plus fortement l’Europe. Chaque jour qui passe, il est annoncé des mesures de plus en plus radicales devant des citoyens inquiets ou perplexes.

Est-ce grave docteur ? 

A la vue de ces décisions drastiques, on se dit que la situation n’a probablement jamais été aussi grave. Et chacun de se sentir, plus ou moins confusément, menacé. On se regarde différemment. 

Les personnes âgées craignent les enfants. On se tient éloigné de son voisin.…Vous me direz que tout cela est nécessaire. Que c’est une grave crise sanitaire, la plus grave que notre pays ait jamais connu depuis 100 ans, il paraît. Ils n’ont pas osé au-delà. Comparer la situation avec la guerre de 14, aurait peut-être paru exagéré…

Et pourtant

Les chiffres officiels, ceux qui justifient toutes ces mesures, restent très limités. Vous me direz que sans le confinement, ils le seraient moins. Ainsi, un site de santé naturelle américain estime que depuis que Donald Trump a pris au sérieux le virus et décidé de fermer le pays, leurs prédictions de morts pour les Etats-Unis d’ici le mois de juillet sont passées de 1 million à 283 000. [1)

Voilà qui est très précis. Et tout cela est démontré avec des chiffres, des tableaux, des cartes marquées de grands cercles oranges… [2]Quelle démesure !

Car en attendant, au 16 mars, la réalité officielle est la suivante [3] :

Au 17/03/20PaysNb de casMortPopulation
1Chine82 0073 1731 400 000 000
2Italie31 5062 50360 064 000
3Iran16 16985382 800 000
4Espagne11 17849146 659 302
5Corée du Sud8 3207551 541 582
6France7 73017567 064 000
7Allemagne7 1561283 149 300
8USA3 53641329 316 000

Donc, en Chine, moins de 1% de la population a été infectée et 85% des personnes infectées sont guéries, d’autres sont encore en convalescence et 6% sont décédées.

En Italie, le plus gros foyer d’infection européen, moins de 1% de la population est touchée, 8% des personnes infectées sont guéries et 7% sont décédées.

Sans doute, le niveau de guérison devrait augmenter dans les jours qui viennent. Visiblement, il faut du temps pour guérir, alors que le décès peut survenir assez vite. 

Ces chiffres montrent qu’il y a un problème et qu’une petite minorité de la population est touchée. Et que par conséquent, il faut agir.

Mais on reste surpris du décalage entre ces chiffres et la panique qui semblent s’être saisie de nos responsables politiques.

La situation dans les pays nordiques 

La Scandinavie (Norvège, Suède, Finlande et Danemark) est elle aussi atteinte par le virus. On y recense autour de 3632 cas. Pourtant, 7 décès ont eu lieu (3 en Norvège et 4 au Danemark), selon OMS. Aucun mort en Suède et en Finlande. Pourquoi ?

La population, même âgée, y est en bien meilleure santé qu’ailleurs. Comme le remarque le professeur Olsvik « Quand on a 80 ans en Chine, on est très vieux, tandis qu’un octogénaire norvégien peut faire Birken (une célèbre course de ski de fond) ou rallier Oslo à Trondheim en vélo ».

En Suède, cela fait 20 ans que le gouvernement intègre la notion de santé environnementale dans sa définition de la santé publique. C’est l’un des rares pays au monde à reconnaître l’hypersensibilité aux ondes et à prendre en compte cet aspect de la santé pour tous. Les magasins biologiques sont la norme, les magasins de nourriture chimique et transformée sont l’exception. La qualité de l’eau y est très surveillée, la population y est moins dense qu’ailleurs et l’air y est peu pollué. Le nombre de fumeurs y est aussi plus faible qu’ailleurs. 

Cette politique a permis d’augmenter l’espérance de vie en bonne santé des populations,notamment des hommes. 

Il y a 30 ans en Suède, hommes et femmes vivaient jusqu’à 80 ans, mais les hommes devenaient dépendants autour de 65 ans. Aujourd’hui, les hommes font jeu égal avec les femmes et restent en bonne santé jusqu’à 73 ans [4].

La crise sanitaire actuelle permet de valider les choix de santé de ces pays depuis 20 ans. 

Actions radicales et réalité de terrain

En France, en Italie tout cela n’existe pas. Le gouvernement préfère fermer les écoles et laisser les enfants à l’abandon alors qu’ils ne courent aucun risque sanitaire. Je pense aux collégiens, aux lycéens. Comment vont-ils rester concentrés sur leur travail en étant loin des cours pendant un mois ? Les meilleurs s’en sortiront, c’est sûr. Et les autres ? 

En revanche, les mesures sanitaires élémentaires, appliquées en Asie lors des épidémies, ne sont pas prises. Pour éviter les pénuries, le ministère de la santé préfère prétendre que les masques ne servent à rien [5]. Les Japonais, qui les utilisent avec succès depuis 50 ans, n’auraient donc rien compris ? 

Il faut dire qu’en France, même les hôpitaux n’en sont pas toujours équipés, sauf les services infectieux (tout de même !). Au point que l’on déplore dans ces établissements publics de santé des vols de masques et – tenez-vous bien – même de gel hydroalcoolique. 

La France n’était pas prête 

Si pour les autorités françaises, il est essentiel que le virus ne se propage pas, c’est d’abord parce que le système de santé est saturé. Le nombre de lits dans les hôpitaux est compté. Les personnels de santé sortent à peine d’une longue grève pour dénoncer leurs conditions de travail et le manque de moyen des hôpitaux. 

Un médecin m’a signalé il y a quelques jours qu’il existait deux médicaments à base de chloroquine, un traitement utile face au virus. 

  • la Nivaquine aurait été mise en rupture de stock dès les premiers jours de l’épidémie ! Personne ne sait pourquoi. L’Etat a-t-il réquisitionné ce médicament, comme il l’a fait pour les masques ? [6]
  • le Plaquenil est hautement toxique et tout à fait déconseillé. Il vous tuerait plus vite que n’importe quel virus !

Et évidemment toutes les solutions naturelles pour renforcer votre immunité sont moquées, ignorées ou simplement interdites par les autorités… En clair, la France n’était absolument pas prête à faire face à ce type d’épidémie. Les grandes annonces, les effets de manches, les mesures radicales, ne semblent servir, in fine, qu’à masquer la pauvreté de la préparation et de la réflexion des autorités de santé.

Enfin, puisque cette situation nous impose le chômage technique et les enfants à la maison, profitez-en pour méditer et vous détendre un peu.

Références :

[1] https://sante.journaldesfemmes.fr/maladies/2608487-coronavirus-voyage-pays-touches-infectes-fermes-interdit-aux-francais-zone-risque/
[2] https://www.naturalnews.com/2020-03-11-trump-just-changed-the-trajectory-of-the-coronavirus-pandemic.html
[3] https://experience.arcgis.com/experience/685d0ace521648f8a5beeeee1b9125cd
[4] https://sante.journaldesfemmes.fr/maladies/2622115-coronavirus-victimes-homme-femme-age-deces-france/?output=amp
[5] https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/02/19/la-france-mal-classee-pour-l-esperance-de-vie-en-bonne-sante_5425315_1650684.html
[5] https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/epidemie-grippe-coronavirus-masque-il-protection-efficace-13135/
[6] https://www.lefigaro.fr/economie/requisition-de-masques-que-dit-le-droit-20200306

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *